Vu qu'une CX n'est pas toujours en panne, j'ai d'autres occupations. Parmi elles, une qui prend beaucoup de temps mais qui se pratique au chaud (c'est mieux pour l'hiver) le modélisme ferroviaire 

 

 

 

 

La rampe de Mézi en quelques mots

 

 -  Réseau échelle HO c'est a dire 1/87 eme 

 - Sujet lignes principales de le région Sud Est et de la région Ouest

 - Alimentation analogique. Je ne vois pas trop d' intérêt au numérique. Je préfère le bon vieux système électromécanique, et un petit peu d'électronique pour le block automatique 

 

   

 

Pourquoi ce titre la rampe de Mézi

 

  -  L'idée de la ligne de Mézi est née à l'issue d'une soirée bien arrosée, d'où le nom du projet indiqué dans le chapitre historique. Pourquoi le nom de Mézi ? Rien à voir avec la petite gare de bifurcation sur le réseau Est qui, elle s'écrit avec un Y, ni avec Mézidon dans le Calvados ( et non pas dans le Bas Rhin comme certains le pensent ). Mais simplement le fruit de l'imagination torturée de l'auteur : "pour pas t'embêter, tu crée une ligne imaginaire et mets-y une gare", tout est parti de là. Donc, avec cette idée en tête, il fallait trouver l'endroit. Pour le type de ligne pas de problème étant amoureux de la région Sud -Est et de l'électrification 1500 v. Mes coins photos préférés étant distant de plus de 250 kilomètres ( la rampe de Blaisy coté sud et le lac du Bourget ) il fallait trouver une façon de les grouper en quelques kilomètres. L'idée vint en relisant l'histoire de la construction de la ligne de Paris à Lyon, pourquoi les autorités de l'époque n'auraient elles pas choisi une autre solution pour rejoindre Lyon. Puis en observant une carte routière de la région de Dijon (google map n'existait pas à l'époque), au niveau de la gare des Laumes se détache la petite ligne allant vers Semur etc, intéressant ... Cette ligne suit en partie le canal de Bourgogne , en regardant de plus prés sur la droite une petite rivière : la Brenne, remonte vers Grosbois et si je traçai une ligne par cette vallée. Une ligne évitant Dijon pouvant servir de détournement, pouvant voir passer tout le matériel du Sud-Est et tout ça en gardant les même numéros de trains, formidable non ? D'autant plus que le relief et les indications de la carte font penser à une possible adaptation des deux sites précités en peu de kilomètres.

 

Bref historique de la construction

 

- Le cahier des charges : en premier une gare de bifurcation de moyenne importance située sur une grande artère de manière à voir circuler de grands trains (voyageurs ou marchandises) sans arrêt, des trains de desserte avec arrêt, trains en traction électrique sur la ligne principale et traction diesel vers la ligne non électrifiée prenant son départ à la sortie de la gare, un trafic marchandise local. De chaque coté de la gare possibilité d'extension des lignes, dans un premier temps se seront deux raquettes avec voie d'évitement sur chaque, la ligne non électrifiée bénéficiera d'un seul tiroir par manque de place.

 - La construction a démarrer par trois élément constituant la base de la gare de Mézi (entrée , voies de gare, sortie), ces  éléments ont été prévus dés l'origine pour être écartés de manière à pouvoir incérer un ou plusieurs autres éléments entre eux, ce qui est le cas désormais.

Après avoir changer de domicile en 1995 pour une maison,  la cave a été entièrement été réquisitionnée pour installer le réseau. Le plan d'origine n'a varié que dans ses dimensions pour l'adapter au local. Quelques extensions  prévues à l'origine on pu être envisagées à ce moment.

Mézi dans son ancienne version a eu les honneur de la revue de modélisme RMF en juillet 2000. Un remaniement de positions des divers élément a eu lieu en 2010 du fait d'un besoin de place dans le garage,  interrompant la circulation pendant deux années .

La place et l'envie étant revenue, la reconstruction a commencé fin 2013 .

 

Joomla templates by a4joomla