Le corbillard du Deadman, une ancienne ambulance sur base 25 D reflex de 1981, un vrai tas de rouille ou plutôt un trou à roues. Les planchers sont attaqués, les trous percés lors de sa transformation en transport de corps n'ont pas aidé à leur conservation. C'est un collègue de travail sachant que je gardais des CX qui m'a dit que quelqu'un de sa famille en avait une à vendre. Le précédent propriétaire, lui, s'en est servi pour transporter du plâtre, des gravats et autres matériaux employés dans le bâtiment, bien entendu sans faire d'entretien et ni de nettoyage. Lorsque l'on sait la relative fragilité de la tôlerie d'un break, on se doute bien que celui-ci n'est pas un cadeau, bien que son prix fut de 0 euros.
Faire une liste détaillée des réparations à prévoir serait trop long, le mieux est de dire qu'il faut tout reconstruire la caisse, l'hydraulique, les trains roulants, pour la motorisation au moins là il y a un peu moins de dégâts, c'est un moteur à distribution par engrenages, il y a quand même pas mal de nettoyage et le remplacement des sondes, des joints et des tuyaux, mais dans l'ensemble relativement peu de choses.

De toute façon, je sais ce que l'on va me dire : pourquoi tu t'embêtes, je connais une ambulance en bon état, celle-là n'en vaut pas le coup, etc. La CX commence à être en voie de disparition donc non elle ne partira pas en morceaux. Bah si ça me plait de me faire chier avec ! Je ne dis pas que je vais réussir, mais je vais tenter sa reconstruction ou du moins en faire quelque chose qui pourra passer un CT. De toute façon, elle ne sera jamais vendue comme ses sœurs.

 

 

     
  
 
Premier état des lieux
 
Le mieux étant de regarder les photos plutôt que de faire une longue description, comme l'on dit belle de loin, loin d'être belle. 
Le mieux aurait été de fuir avec courage...
Les portes sont mortes, rongées de l'intérieur, les bas de caisses sont tenus par la peinture, les passages de roues troués, le pire le pied milieu coté droit complètement bouffé à cause d'une entrée d'eau par la gouttière. Le côté droit de la baie pare-brise troué également par la même entrée d'eau qui s'écoule par ce chemin jusqu'au bas de la caisse en passant par la base du pare-brise, l'attache de l'articulation de capot et le passage d'aile.
Vu que cette voiture ne m'a rien coûté à l'achat, j'aurais pu la découper, mais là il n'y a rien de marrant, le challenge de la remettre à neuf intégralement est beaucoup plus tentant. Le temps pour la résurrection n'est pas important, l'essentiel est de la tenter. De plus, c'est l'occasion d'apprendre certaines techniques que je ne connais pas encore. 

 

 

 

 

Joomla templates by a4joomla